homelies.fr, une homelie pour chaque jour
homelies.fr, une homélie pour chaque jour de l'année

Férie

jeudi 26 septembre 2013

Famille de Saint Joseph
Septembre 2013   semaine précédente Lu 23  Ma 24  Me 25  Je 26  Ve 27  Sa 28  Di 29  semaine suivante
Imprimer
Les bruits courent au sujet de Jésus. Qui est-il vraiment ? La question de l’identité de Jésus, qui est au centre de l’évangile, se pose à tout le monde. Voilà sans doute l’enseignement le plus surprenant de ces quelques versets. Ceux qui doivent prendre position par rapport à la personne de Jésus ne sont pas seulement ceux qui cherchent à le suivre et ceux qui veulent approfondir son enseignement : tout homme est appelé à se décider. Même Hérode, le roi cynique.

Tout le monde n’a certes pas le même rapport à la parole du Seigneur, tout le monde n’a pas la même façon de l’accueillir. Pour Hérode, elle n’est qu’une rumeur atténuée par l’épaisseur des murs de son palais et déformée par les fantasmes des intermédiaires. Ainsi, aucun élément pur n’arrive à lui. « Certains » – il n’y a pour Hérode aucun témoin formellement identifiable, pas de référence fiable – prétendent que Jésus serait Jean-Baptiste ressuscité. La comparaison est flatteuse, Jean-Baptiste étant, de tous les prophètes, le plus grand dans le Royaume. Mais elle révèle aussi une peur latente : Jean a été injustement exécuté ; ne pourrait-il trouver un moyen de se faire justice lui-même, en ressuscitant d’entre les morts ?

On entendait aussi différentes variations sur ce thème : « d’autres » avançaient qu’il s’agissait d’Élie, dont le retour était attendu. Jean-Baptiste, Élie, ou un autre : ce sont plusieurs façons de dire qu’un prophète exceptionnel marchait sur les routes des hommes. Mais tous ces regards sont tournés vers le passé, ils évoquent médiocrement « un prophète d’autrefois ».

Hérode reste perplexe. Il reste raisonnable : « Jean, je l’ai fait décapiter », il est donc mort et quand on meurt, c’est pour longtemps. Il ne veut donc pas prêter crédit aux hypothèses qui font appel à une résurrection d’un prophète des temps passés ; pour lui, Jésus est un homme, bien vivant, un homme qu’il ne connaît pas et qui l’intrigue, un homme dont il « entend tellement parler ».

Ces questions montrent les limites d’une mauvaise recherche du Seigneur. Hérode, qui « apprend » des choses par la rumeur publique, qui « entend » parler des miracles et des enseignements, cherche pourtant à « voir » Jésus. Il se trompe de registre parce qu’il n’est pas dans une recherche sincère de la vérité. Hérode se contente des on-dit parce qu’il n’est pas disposé à entendre la parole de vérité. Il ne s’intéresse pas à la personne de Jésus mais aux pouvoirs dont la rumeur le pare. D’ailleurs, dans les versets que nous méditons aujourd’hui, le nom de Jésus n’apparaît pas une seule fois. Hérode et son entourage s’occupe d’un personnage fantasmatique qui n’a rien à voir avec le Seigneur.

La question d’Hérode, « mais qui est cet homme ? », dévoile donc une mauvaise curiosité envers le Seigneur. Hérode veut accéder à la connaissance d’un pouvoir qui se donne en spectacle, il veut maîtriser une force ostentatoire. Il veut mettre la main sur le Seigneur sans chercher à le connaître, sans chercher à le rencontrer.

Seigneur Jésus, par ton Esprit d’amour, purifie nos cœurs. Rends nos oreilles sourdes aux bruits de ce monde qui propage à ton sujet des idées étriquées. Détourne nos yeux des théories du passé, de ce monde qui ne peut que vieillir, et initie-nous à la nouveauté de ton évangile. Donne-nous la vraie connaissance de ton Nom qui nous sauve. Entretiens en nous une sainte curiosité qui nous pousse à te connaître, à te rencontrer pour mieux t’aimer. Tu es notre Seigneur et notre Dieu, notre salut vient de toi.
Frère Dominique
Retour haut de page