homelies.fr, une homelie pour chaque jour
homelies.fr, une homélie pour chaque jour de l'année

Dimanche de Pâques

dimanche 4 avril 2010

Famille de Saint Joseph
Avril 2010   semaine précédente Lu 29  Ma 30  Me 31  Je 1  Ve 2  Sa 3  Di 4  semaine suivante
Imprimer
Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, se rendent au sépulcre pour embaumer le Corps de leur Maître. Une surprise de taille les attend : la dépouille mortelle du Seigneur a disparu du tombeau, dont la pierre est roulée sur le côté ! Leur désarroi est total. Brusquement, alors que tout est encore ténèbres autour d’elles et dans leur cœur, deux messagers divins au vêtement éblouissant se présentent à elles, chargés d’orienter leur recherche : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? » S’Il est vivant, alors il est clair qu’« Il n’est pas ici » : les vivants n’habitent pas les tombeaux. Mais comment peut-Il être vivant, Lui dont la dépouille mortelle a bel et bien été déposée dans ce sépulcre ? La réponse résonne comme un coup de trompette : « "Il est ressuscité" comme Il l’avait annoncé ; ne vous avait-Il pas par trois fois prévenu : "Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’Il soit crucifié et que, le troisième jour, Il ressuscite" ? »
Aujourd’hui encore, c’est la Parole de Jésus qui doit orienter notre quête ; c’est elle qui nous fait pressentir que l’absence apparente du Seigneur, annonce un autre mode de présence, qu’il s’agit de discerner à la lumière de la foi.
Mission accomplie, les anges disparaissent. Mues par une folle espérance, « Marie Madeleine, Jeanne et Marie mère de Jacques ainsi que les autres femmes qui les accompagnaient » courent partager leur expérience bouleversante, dont à vrai dire, elles ne mesurent pas encore la portée. Mais les Apôtres ne prêtent guère crédit à leurs propos qui leur semblent délirant, et qu’ils mettent sur le compte de la difficulté de ces femmes à faire le deuil de leur espérance. Pierre cependant est bouleversé par leur récit ; il veut en avoir le cœur net et court au tombeau, où il ne découvre que le linceul. Le corps a donc effectivement disparu. Bouleversé, Pierre ne rejoint pas ses compagnons, mais « retourne chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé ». Il n’a pas encore la foi, mais lui aussi se met en chemin : il rentre à l’intérieur de lui-même pour faire à son tour l’exercice d’anamnèse que les Anges ont demandé aux femmes. Il se prépare ainsi à la rencontre avec le Ressuscité (Lc 24, 34), qui sera le fondement de la foi de l’Eglise.
Tel fut le chemin des femmes, des apôtres, et de toutes les générations de croyants tout au long de l’histoire ; tel est aussi le chemin que nous avons pris en cette nuit sainte. C’est parce que nous avons longuement écouté la Parole des prophètes qui nous annonçaient la venue du Messie, que nous avons pu reconnaître la présence du Ressuscité au creux de son apparente absence.
Oui le Christ est ressuscité : Il est vivant ici maintenant, au milieu de nous. Puisse-t-Il nous renouveler dans notre foi, notre espérance et notre charité, afin de pouvoir discerner les signes de sa présence dans notre vie quotidienne. Nous pourrons alors être témoin par toute notre vie de la Bonne Nouvelle : Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité, alléluia !
Père Joseph-Marie
Retour haut de page